Séminaire SET 2017

Entete_SET

 Sponsor

 

———————————————————————————————————————————————–

Téléchargement des présentations :

Vous trouverez ci-dessous les présentations en téléchargement :

 

Galerie photos et présentations (format vidéo)  :


 

 ———————————————————————————————————————————————

A l’occasion de ce séminaire, vous seront présentés notamment :

  • Le Démonstrateur Réseau en Equilibre Local (REeL), par le Prof. Mario Paolone de l’EPFL.
  • Pool de réglage et peak shaving: cas d’application de plusieurs STEP, par M. Andreas Hurni, Chef du département Energie chez Ryser Ingenieure AG & Directeur de l’ASCAD.
  • Rendre la ville autonome, une utopie ?, par Prof. François Maréchal de l’EPFL

 

 

Pour toute question relative à l’événement, vous pouvez vous adresser directement à Mme Christiane Bessard : info@crem.ch, +41 27 721 25 40.

 

Contexte :

Les enjeux de transition énergétique auxquels notre société fait face ont entraîné la définition de grands objectifs communs, tels que la promotion  de l’efficience énergétique, le recours optimal aux ressources renouvelables indigènes ou encore la réduction des émissions de gaz à effet de serre;  le tout en intégrant la logique actuelle de croissance générale.
Néanmoins, changer de paradigme et concevoir des systèmes énergétiques plus efficients et mieux adaptés aux territoires induit inévitablement une complexification des décisions et solutions technologiques à mettre en œuvre: Les ressources énergétiques ne sont pas nécessairement  situées là où nous en avons besoin (disparité spatiale); la disponibilité de ces ressources n’est pas nécessairement simultanée au  moment où nous en avons besoin (disparité temporelle).
Cette résolution spatio-temporelle des systèmes énergétiques entraîne de nouveaux  challenges techniques qui impactent en premier lieu les réseaux de distribution. En effet, les perturbations sur le système énergétique sont engendrées tant par les consommateurs finaux que par les nombreux systèmes de production décentralisés non flexibles. Ces perturbations sur les réseaux d’approvisionnement nécessiteront une adaptation des infrastructures, soit aussi des investissements.
Les  gestionnaires de ces infrastructures devront choisir en connaissance de cause quelles sont les solutions technologiques les plus adaptées à chaque  territoire spécifique, en mettant en compétition des solutions qui peuvent être très différentes: concevoir un réseau de chaleur distribué, renforcer  une ligne électrique, intégrer un stockage local électrique ou thermique, etc.
Tout investissement visera à rendre le système plus durable, robuste,  moins coûteux à opérer et si possible générateur de nouveaux revenus.  L’enjeu et une esquisse de solution se situent dans la combinaison de technologies de stockage et de systèmes de conversion multi-réseaux et  multi-énergies. Cette combinaison donne naissance à des systèmes énergétiques pouvant s’adapter à une production d’énergie de plus en plus  décentralisée en leur permettant d’interagir avec les réseaux existants.
Ces «smart solutions» de gestion et de conversion d’énergie apportent ainsi des capacités d’interopérabilité entre les différents vecteurs énergétiques, et peuvent proposer des prestations nécessaires et complémentaires aux  infrastructures existantes.